Faut-il investir en Loi Pinel avant 2018 ?

Premièrement, rappelons rapidement les grands principes du dispositif Pinel. La loi Pinel a été mise en place dès 2014 par Sylvia Pinel alors ministre du logement. Pour le gouvernement, le principal objectif de ce dispositif était de favoriser la création de logements dans les zones à forte demande locatives en encouragement l’investissement dans la pierre.

Et pour le contribuable, quels avantages ?

Pour le contribuable français maintenant, ce dispositif présente plusieurs avantages non négligeables. Premièrement, la loi Pinel permet de fortes réductions d’impôt pour tous ceux qui souhaiteraient investir dans le locatif. De manière dégressive selon la durée de location, l’investisseur peut obtenir une réduction jusqu’à 21% du prix du bien si la location a une durée de 12 ans.

Ce n’est pas tout puisqu’en plus de se constituer un patrimoine immobilier, l’investisseur a la possibilité de louer le bien en question à un membre de sa famille, ce qui n’était pas le cas avec la loi Duflot par exemple. Un cas particulièrement avantageux donc.

Du changement en vue pour 2018

Plusieurs changements sont annoncés pour ce dispositif et la question « faut-il investir en loi Pinel avant 2018 ? » peut se poser. Le changement majeur qui va s’opérer à l’horizon 2018 est la sortie de certaines zones du dispositif. Il sera donc de plus en plus difficile d’investir là où on le souhaite d’ici quelques semaines… Pour faire simple, les agglomérations de petite et moyenne taille seront strictement exclues du dispositif pour ne garder que les grandes villes (250 000 habitants minimum) où le locatif connaît de fortes tensions. Il sera donc toujours possible d’investir en loi Pinel à Marseille, Paris et son agglomération, sur la côte d’Azur, Lyon, Lille, Montpellier.

En revanche pour de nombreuses villes de France dont la tension du marché ne justifie plus le dispositif sont menacées par l’exclusion qui aura lieu dès 2018. Parmi ces villes dont le nom revient souvent, on retiendra Calais, Limoges ou encore Dunkerque. Une exclusion difficile à entrevoir pour les élus des villes concernés puisqu’une sortie d’un tel dispositif entraîne inéluctablement un coup de frein à l’économie local.

Sachez toutefois qu’il est encore possible de bénéficier du dispositif dans les futures zones exclues si l’investisseur conclu ou signe un contrat préliminaire avant le 31 décembre 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *